logiciel this web page Ceinture espion spy x Espionner un numero de telephone gratuitement Espionnage sms iphone Lire sms click the following article Logiciel espion qui enregistre mot de passe Application Call Espionner un tel portable a distance Surveillance mobile app Logiciel pour espionner son copain Espionner les Iphone spy Android keylogger here Meilleur espion Telecharger logiciel pour espionner telephone portable Espion un Android keylogger removal Je veux espionner le portable de ma femme this web page Comment espionner un ordinateur à distance Gadget Spy on Phone spy this web page Lire sms via internet Envoyer logiciel espion par sms Application iphone pour espionner sms gratuit Intercepter sms orange link please click for source Lire les sms dun autre portable a distance Camera surveillance this web page Logiciel despionnage mot de passe Android spy keylogger free link zeus como localizar un celular x satelite application traqueur de telephone
Des extraits sonores signalés par l'icône audio-.gif sont proposés pour certains spectacles. Pour les écouter, aller sur la page de descriptif du spectacle choisi en cliquant sur son titre. 
Revue de presse et correspondance

Contes et Lumières 2006 à Mâcon


Contes sur Papier Glacé à l'Auditorium de la Maison de la Musique  
samedi 16 décembre 2006 en séance tout public

«…Je profite de ce courrier pour vous faire part des compliments à votre égard qui m'ont été adressés par plusieurs spectateurs enchantés par vos Contes sur papier glacé.
Avec mes meilleurs vœux pour 2007 ! Cordialement, »
Géraldine Courtois  (bibliothécaire) le 29.12.2006

Les contes d hiver et de Noel ont émerveillé les enfants


ImageNicole Blanchard, conteuse parisienne, a enchanté de très nombreux enfants, mercredi après-midi à l'Espace Desfriches à Olivet. Nicole Blanchard et sa famille d'ours ont conquis le jeune auditoire.

Organisée par la bibliothèque municipale, cette manifestation s'est déroulée en deux temps. En début d'après-midi, les « Contes sur Papier Glacé » étaient destinés aux plus de 6 ans, des contes de neige, de gel, de fleurs de givre magiques et féeriques.

A suivi le conte « Etoile des Neiges », une histoire merveilleuse. Du bonheur à l'état pur pour les enfants de 4 à 6 ans qui étaient émerveillés.

République du Centre 08.12.2006
   

L heure du conte « Spécial histoires de Noel »


Image L'heure du conte a exceptionnellement été prolongée en un après-midi, mercredi, aux Silos. Sous l'appellation « Spécial histoires de Noël », Nicole Blanchard est intervenue auprès des plus de 5 ans, en début d'après-midi. Elle leur a raconté quelques contes de neige, de froidure et de gel... pour évoquer la magie des hivers blancs. Puis à 16h30, les enfants de 3 à 5 ans ont à leur tour pu assister au spectacle « Etoile des Neiges : contes de Noël ». Ainsi leurs jeunes esprits se sont éveillés à la magie de Noël.

Le Journal de la Haute-Marne 21.12.2002

La famille ourse a enchanté petits et grands


ImageDimanche, à la bibliothèque de Saint-Jean-Le-Blanc, Nicole Blanchard de la Compagnie La Tête Volante, a enchanté parents et enfants, venus nombreux, avec « Etoile des Neiges ». En accord avec l'exposition, ce conte relate l'histoire d'une famille ourse. Les enfants ont également été gâtés par les bibliothécaires qui leur ont offert, sur le thème de l'ours, des bonbons, un marque-page et un autocollant.

13.12.2005

Fascinante Nicole Blanchard


La bibliothèque de Saint-Dizier accueillait, dans le cadre de « l'Heure du conte », la conteuse Nicole Blanchard, mercredi après-midi avec ses « Contes sur Papier glacé ».
A l'origine, elle est comédienne, formée à l'école du Théâtre National de Strasbourg. Animatrice d'ateliers d'écriture, elle y a pris le goût du conte.

Image Une fois formée à ce genre littéraire, elle s'est mise à en écrire, pour finalement les raconter. C'était en 1986, et depuis, la conteuse a écumé les centres de loisirs, les bibliothèques, les médiathèques à la rencontre de son public.
Son écriture particulière (« J'écris à l'oreille, de façon à créer un texte musical », dit-elle), liée à son approche théâtrale du conte captent l'attention. Avec gestes et mimiques, Nicole Blanchard retient cette attention, jusqu'à faire entrer les enfants dans son imaginaire. Ponctuant son récit du son du bâton de pluie, elle fait vivre le loup échaudé et le paysan savoyard, la gentille Dobromila martyrisée par sa mère et sa sœur, la fille de neige, à qui la vie a été donnée par les fées et qui épouse le prince…Autant de personnages issus des traditions populaires, que Nicole Blanchard a exhumés du passé pour les faire revivre dans sa propre langue et dans l'esprit des enfants.
Elle qui aime « piocher des histoires à gauche et à droite " pour se les approprier par l'écriture a fait vivre aux enfants présents mercredi un instant hors du temps, à la découverte d'histoires vieilles comme le monde.

Grégory Marin. Le Journal de la Haute-Marne 07.12.2002

La bibliothèque municipale accueillait Nicole Blanchard

Un atelier d'écriture enrichissant

Samedi, dès 14h30, à la bibliothèque Jacques Thermeau de la Flèche, une dizaine de personnes se sont installées, feuille à la main, à la table de l'atelier d'écriture.

« Chaque atelier a ses spécificités en fonction de l'âge du groupe, du niveau social et autres critères  », explique Nicole Blanchard, animatrice de l'atelier. Selon elle, l'intérêt de celui organisé samedi est de « faire naître la confiance, briser le tabou de l'écriture et montrer que chacun peut développer le moyen de s'exprimer même avec peu ».

Image Pour Frédérique Rault, responsable de la bibliothèque, cette animation a été mise en place dans le but de « répondre à la demande des lecteurs. L'aboutissement de ce projet est que chacun puisse prendre conscience qu'il est capable de retranscrire les choses qu'il éprouve. C'est aussi donner un autre regard sur les livres et les auteurs. »

Nicole Blanchard a « un métier qu'il est difficile de qualifier ». Elle pratique beaucoup d'activités différentes : elle travaille avec le langage, la parole, anime des ateliers théâtre, des ateliers d'écriture, elle est aussi conteuse. Elle est venue de Paris pour cette formation à l'écriture.
«
 Des exercices simples emplis d'humanité et des échanges intenses » ont contribué au bon déroulement des trois heures de formation.
L'animatrice ajoute : « Je m'appuie sur mon vécu pour nourrir les participants  et je leur lis des textes pas forcément faciles. »

Ouest France 09.04.2002
  

Marseille, le « mot à maux » des enfants des quartiers nord

« Ciel ! mon enfance », un bouquin qui va droit au cœur.
 
C’est sans doute un des « bouquins » les plus émouvants donné à lire actuellement. Ecrit par 300 enfants de 9 à 11 ans des 15è et 16è arrondissements de Marseille, « Ciel ! mon enfance » est le regard dur et tendre à la fois de gamins des « quartiers nord ». Edité par l’association « A la rencontre du livre » (soutenue par les crédits du Développement social urbain de la Ville de Marseille, par le Fonds d’action social des Bouches-du-Rhône, par la Direction régionale des affaires culturelles) il est, selon Gilbert Allio, responsable de l’association « joies simples et souffrances, bouffées d’espoir et cris d’angoisse, avec les mots de tous les jours, mais aussi entre les lignes et derrière les silences, que d’aveux, quels témoignages ! »

La tonalité des écrits des jeunes marseillais est empreinte d’une sévérité vis-à-vis de leur quotidien qui ne porte pourtant pas à sombrer dans le misérabilisme. Au fil des textes, ils disent leur vie telle qu’ils la ressentent…

Nicole Blanchard, qui a suivi toute l’initiative évoque en préface le contenu de ce livre. « Souvent pris dans des contradictions douloureuses, dit-elle, ils ont livré un constat de leur vie d’enfant et se sont laissé aller à leurs rêves. Rêves d’un monde meilleur, déjà. Le constat est sévère. Il en appelle durement aux adultes et à la société humaine. Violence, tendresse et angoisse courent tout au long des lignes. Mais ils restent malgré tout des enfants. Riches et fragiles. Attention à eux. »

 Michel Del Picchia    La Marseillaise  27.11.1992



A propos du recueil « Ciel ! mon enfance »


Lettre de Gilbert Allio* à Nicole Blanchard, le 22.08.1992 

Ma chère Nicole,

Voici sans plus tarder les épreuves qui viennent de me parvenir.
J’imagine ton impatience et ton émotion. Lis l’ensemble d’un trait, pour lui-même, dans sa globalité et dans son rythme propre : j’espère que tu ressentiras la même satisfaction et la même émotion que moi devant ces témoignages qui, à mi-mots ou dans la banalité même du propos quotidien, constituent de terribles aveux.
Bien sûr le travail de toilettage a nécessité des choix et imposé quelques corrections, mais je trouve que le bébé est bien beau et porte haut et fort la voix de ces enfants. La richesse du travail accompli, dans les conditions difficiles de ces quartiers, ressort à la première lecture et le mérite t’en revient. Cet ouvrage constituera un sacré encouragement pour ces jeunes et pour leurs enseignants, confirmant que le droit au langage est à conquérir et ouvre de vastes espaces.
Ton introduction en forme d’envol est bien belle et donne la tonalité….
A bientôt donc. Bises amicales.
 
Gilbert*

*Gilbert Allio, responsable de l’association « A la rencontre du livre », éditrice du recueil.
 

Quand le lecteur devient conteur 


Stage conte pour les animateurs du centre de loisirs du Château Séguinaud organisé par Maryse Doumax Bibliothèque Municipale de Bassens (Haute Garonne) en octobre 2001.
 
Merci Nicole Notre Luciole

Lettre de Richard Sensey, animateur du « château repeint » (extrait)

…Un jour, un beau jour d’octobre, Nicole la Luciole surgit du fond des bois (pas le bois des chaises, il n’y avait pas de chaises ce jour-là). Nicole était une luciole parce qu’elle faisait de la lumière même le jour. Je l’ai vu à son sourire. C’est difficile de parler sérieusement avec le sourire. C’est plus difficile encore de pleurer avec le sourire mais ce qui m’a le plus étonné chez elle c’est sa faculté à rire avec le sourire. C’était son métier. C’était Nicole la Luciole, une reine des prés et des pas si loin, elle vivait dans le pays des mots. Elle dégustait chacun d’eux, les savourait et, sous son panier percé des mots elle avait mis pour les sucreries imprudentes un filet. Elle récupérait ainsi tous les mots même les plus mauvais, les plus fades. Elle les gardait pour plus tard. Tous les animateurs du château repeint étaient là, les directrices étaient là, tout le monde sauf les grappes d’enfants. Nous étions en mission secrète.

Nicole aimait l’eau des mots puisqu’elle nous mit en SEINE puis nous plongea à tour de rôle la tête dedans durant presque trente minutes. Un fleuve est un fleuve. Celui-là restera pour beaucoup le plus long du monde (surtout en apnée). Il y avait cette SEINE que chacun redoutait et puis pas loin la Garonne silencieuse qui était troublée d’être aussi claire.

Nicole n’était pas d’ici, elle mettait des accents circonflexes sur notre accent bordelais. (Pour ma part je n’ai jamais rajouté de beurre doux sur une crêpe bretonne !). Elle mettait des accents sur les mots, des mots sur les accents, elle corrigeait sans tableau, sans crayons nos erreurs avec un stabilo BOSS invisible. Nicole la Luciole était une artiste. Les artistes ne dorment jamais, ils sont imprévisibles, il faut les rencontrer. Eux seuls sont capables de tout dans la minute où rien ne se passe. Ils sont comme ça, ils mettent de la lumière et payent quand même leurs factures d’EDF, ils sont comme ça les artistes, ils sont entiers.

Nicole nous apprit une chose importante durant ces deux jours d’école très particulière. Elle nous apprit que la lumière pouvait jaillir d’un livre même sombre, même froid, même vieux, même sans image, que les images étaient belles mais n’égalaient pas celles qu’une grappe d’enfants pouvait se faire dans l’urgence de leur métier d’enfants. Les illustrations n’étaient là en somme que pour aider les adultes à replonger dans leur état d’enfance, elles n’étaient là que pour les inciter à réapprendre à lire et peut-être à prendre comme Nicole la Luciole autant de plaisir. Centre de loisir, centre de plaisir. De longues heures mal assis (comme les enfants) pour se rapprocher avec des flèches invisibles au plus près du cœur de la vigne.
 
Merci Nicole Notre Luciole pour tant de lumière violente et simple à la fois. La vie est courte, certes, mais il me tarde dès maintenant de lire, de raconter de belles histoires à mes grappes, à nos enfants afin de recevoir en retour la meilleure cuvée du siècle.
 
MERCI
 
Richard